La Crête avril 2015

Un lieu magnifique, propice à la méditation 

La Crête avril 2015
La Crête avril 2015

Le début du mois d'avril a été marqué par la retraite en Crête. Les participants, qui étaient une quarantaine environ, ont été accueillis dans un endroit paradisiaque sur la côte nord de la Crête. Le lieu se prêtait parfaitement à l'apprentissage et à la méditation car la salle principale, ainsi que l'espace de restauration, avaient une vue imprenable sur la plage et la mer méditerranée. 

Les journées commençaient à 5h30 par un cours de yoga dispensé par Omar. La faculté de concentration, l'équilibre et la maîtrise de la respiration étaient mises à rude épreuve, sans parler des aptitudes physiques. Ensuite le maître Pieter enseignait les bases de la méditation en mettant l'accent sur la visualisation intérieure. Un moment de pause et de détente était alors accordé.

 

A 9h commençait l'enseignement dispensé par Rinpoché. Un endroit de la salle était réservé aux élèves non sinophones qui pouvaient écouter une traduction en anglais faite par le maître Pieter. Après le déjeuner, les enseignements reprenaient pour l'après-midi. Une soirée a été dédiée à des entretiens individuels au cours desquels des questions personnelles pouvaient être posées à Rinpoché.

 

Une journée a été consacrée à la découverte de la Crête, au moyen d'un autocar. Nous avons pu ainsi visiter la magnifique grotte de Psychro, lieu mythologique où Zeus fût abrité par sa mère Rhéa afin qu'il ne soit pas dévoré par son père. Cronos, selon la mythologie, dévorait en effet ses enfants par peur qu'ils ne le détrônent de son pouvoir.

 

Nous sommes ensuite allés à l'est de la Crête et avons pris un bateau pour visiter l'île de Spinalonga (ou Kalydon). Cette forteresse avait été établie par les Vénitiens au 16è siècle afin de protéger le port d'Elounda. Cette place forte a su protéger les chrétiens des assauts des Turc,  mais lors du siège de 1715, ces derniers prirent possession de l'îlot et y restèrent pendant près de deux siècles, avant d'y être chassés à leur tour.

 

Au début du vingtième siècle et pendant près de cinquante années (jusqu'en 1957), l'ancien fort vénitien abrita une léproserie. Les malades furent ainsi accueillis dans des conditions plus ou moins confortables.

Le souvenir de cette période est encore vivant.