Comment contempler et comprendre "le corps humain libre"

Traduction du livre WECHAT COLLECTION 2013-2014

Traduction du livre WECHAT COLLECTION 2013-2014
Traduction du livre WECHAT COLLECTION 2013-2014

Comment contempler et comprendre « le corps humain libre »

 

2013.02.04

 

 

"Aujourd'hui, le 21 décembre 2012 est déjà passé. Je pense que beaucoup d’entre nous commencent à relâcher leur vigilance sur le désastre et la mort. Cependant, l'impermanence est toujours avec nous. Il faut nous rappeler que nous ne pouvons pas nous enfuir de la mort et que nous sommes destinés à quitter ce monde un jour.

 

Nous entendons souvent dire que « le corps humain est précieux ».

Notre corps humain est vraiment précieux, mais il est encore plus précieux d’avoir le corps humain des huit libertés et dix qualifications (aussi appelées les dix-huit libertés, et qui représentent le fait d’avoir le temps et des conditions favorables pour pratiquer le Bouddha Dharma). Dans notre vie, nous voyons que pour certaines personnes, même si elles ont la possession du corps humain, elles n’ont pas l'opportunité de pratiquer le Bouddha Dharma à cause de l’opposition de leur famille, parce qu'elles sont occupées à gagner de l’argent, ou encore à cause de la maladie ou du handicap. Cela est dommage.

 

La plupart d’entre nous considère qu'il est rare et précieux d’avoir une maison de luxe, une réputation, un statut social, une voiture ou une montre de grande marque. Cependant, le plus précieux du monde est d’avoir la Bodhicitta ou la compassion dans la vie. Grâce à des mérites accumulés dans des vies précédentes, nous avons ce corps humain libre pour cette vie. Néanmoins, les mérites s’épuisent vite si nous n'avons pas de bons comportements. Dans le samsara, il est très difficile d’obtenir un tel corps humain à nouveau.

 

Pour avoir le corps humain libre aujourd’hui, il faut des causes et des conditions provenant du passé. Il faut avoir bien retenu les préceptes, avoir appris et pratiqué les six paramitas de façon appropriée, avoir aspiré à l'incarnation dans un corps humain pour pouvoir pratiquer le Bouddha Dharma.

 

Pour comprendre en profondeur le corps humain libre, nous pouvons contempler ces trois vérités :

 

1. Comparé avec le nombre des êtres animés dans les six destinées, le nombre des êtres humains est comme la poussière sur nos ongles comparée avec la poussière sur la terre.

 

2. Parmi les êtres humains, ceux qui ont les dix-huit libertés et pratiquent le Bouddha Dharma sont rares.

 

3. Parmi les gens qui pratiquent, ceux qui le font avec persévérance et ce qui pratiquent une technique à fond sont encore plus rares.

 

Dans les sutras de Bouddha, il existe des comparaisons comme « La tortue aveugle passant sa tête dans le trou d'un bois flottant » ou « Empiler des grains sur la pointe d'une aiguille » pour expliquer la minuscule chance qu'il y a d’obtenir ce corps humain libre.

 

Nous devons comprendre pleinement ces trois vérités et observer nos propres pensées. Nous allons donc réaliser qu'il faut être heureux d’avoir un corps humain libre et qu'il faut apprendre à l'apprécier. Ainsi, nous allons nous rappeler souvent et sincèrement qu'il faut pratiquer le Bouddha Dharma avec diligence, et ne pas passer la vie en vain.

 

Aujourd'hui, nous avons la chance de pratiquer le Dzogchen par l'enseignement de notre Gourou et dans le cadre des Trois Joyaux (Bouddha, Dharma et Sangha); ceci est grâce à des causes et des conditions incroyables qui sont au-delà de notre imagination. Auparavant, je reçus les enseignements du Dzogchen de Lama Rinpoché ; je fus très heureux et les appréciais beaucoup. Aujourd’hui, quand je me rappelle ce moment-là, je trouve que c'était aussi grâce à des causes et des conditions incroyables. Maintenant, nous avons également cette opportunité rare et précieuse. Néanmoins, nous devons nous rappeler que ceci ne dure que quelques décennies et le temps passe vite. Ainsi, il faut se dépêcher de pratiquer et ne pas s’arrêter !"

 

 

Gyalwai Nyugu Rinpoché

慈成加參仁波切